Les cucurbitacées

Photo:  Peter A. Mansfeld


                La Momordique, Echallium elaterium A Rich, très largement connue en Algérie sous le nom vernaculaire fegouss lahmayer, concombre d’âne pour les français (mais aussi  Echallie, Giclet ou  Golante). C’est une plante toxique dont l’usage interne et même externe ne peut se faire que sous une surveillance médicale stricte et bien évidemment sur prescription de personnes compétentes du corps médical. Elle est présente en Europe méditerranéenne et en Afrique du Nord où elle s’aventure jusqu’aux zones semi-arides comme la région de l’Ouest algérien et notamment Mostaganem. Elle affectionne les terrains incultes et les bords des champs et les déblais.

                De 0,20 à 0,60 m, cette vivace a un port plutôt couché, d’aspect glauque, elle est couverte de poils raides. Elle ne possède pas de vrilles.  Les rameaux florifères sont redressés ; ses feuilles triangulaires-cordiformes à la base sont épaisses , velues et sinueuses ; irrégulièrement lobées et dentées, elles sont blanchâtres en  dessous. Ses fleurs, en grappes axillaires, jaunâtres sont veinées de vert (mai-septembre),  la plante est monoïque, les fleurs femelles sont généralement solitaires. Le fruit pédonculé, de 4 à 5 cm de long est de forme oblongue-cylindrique ; vert et scabre, il rappelle par son  volume un gland.  A maturité, Le fruit devient pendant.  L’Echallium est souvent cité dans les manuels de botanique comme exemple de déhiscence brusque du fruit. Il se détache du renflement de son pédoncule, en projetant bruyamment au loin une substance mucilagineuse contenant les graines. La coque vide est éjectée à environ 1 m dans la  direction opposée.  Ce phénomène remarquable          est dû  à une surpression intérieure de gaz.

Utilisée de nos jours en  phytothérapie, à titre exceptionnel et avec une prudence extrême, pour ses propriétés émétique, purgatives, résolutives et rubéfiantes, la plante était déjà connue des égyptiens. Les principaux constituants qui lui confèrent ces effets thérapeutiques sont l’élatérine, la curcurbitacine et des acides gras. Les grecs et les romains la prescrivaient comme purgatif violent. Cependant  son usage interne ou externe n’est pas sans danger. Un certain docteur Dickson  rapporta, en 1888 que rien qu’en gardant sur sa tête et sous son chapeau, un fragment frais de la plante, il fût pris, pendant toute une journée, de  migraines violentes  accompagnées coliques diarrhéiques.

Les racines contiennent un purgatif violent utilisé pour les rhumatismes, paralysies, hydropisie et zona. Ainsi certains recommandent des cataplasmes de racines cuites pour lrésorber les névralgies  faciales dues au froid.  Ces racines cuites formulées  sous forme de pommade seraient toute aussi indiquées pour les gales. Chez nous, les gouttes nasales tirées de l’écrasement du fruit sont prescrites pour soigner les ictères. Elles provoqueraient un impressionnant écoulement de liquide marron. Ceci à tord ou à raison est interprété comme un signe de l’efficacité du traitement sans qu’aucune explication scientifique, à ma connaissance,  ne vienne expliciter  le phénomène ou étayé la pertinence de ce traitement.


               La Momordique, Momordica charantia L,  communément appelée concombre africain  mais aussi paoka  ou pomme coolie, est une plante annuelle rampante ou grimpante dont la tige , pourvue de vrilles peut atteindre jusqu’à 2 m de hauteur.

Ses  feuilles alternes, longuement pétiolées, possèdent un limbe profondément lobé à marge sinueuse.  Les fruits mûrissent à l’automne. Le genre Momordica comprend environ 65 espèces des régions africaines et asiatiques, où les fruits de ces plantes, des péponides  comestibles, sont fort recherchés, souvent marinés au sel et incorporés dans des sauces relevées. (Les péponides sont des baies dérivées d’un ovaire infère à enveloppe ( exocarpe) coriace chez les  Curcurbitaceae), composent, avec  les Bégoniaceae, l’ordre des Cucurbitales, plantes épigynes et gamopétales, proches des Fagales, Le genre fait partie de la famille bien connue des Curcubitatceae  qui compte avec 700 à 850 espèces réparties en  90 à 100 genres ( Bryonia, Cayaponia, Citrillus, Cucumis, Cucurbita, Melothria)

la famille des Curcubitatceae  est largement distribués en régions tropicales, notamment en Asie et en Afrique, et dans les régions tempérées.

Description de la famille :

  • · Habitus :

Herbes annuelles ou vivaces, rampantes ou grimpante, plus ou moins ligneuses, avec des vrilles à la base des pétioles placées à l’équerre du plan tige-feuille. Tige anguleuse. Plantes monoïques (  espèce portant les fleurs des deux sexes sur le même individu ; les fleurs pouvant être bisexuées ou unisexuées) ou dioïques( un seul sexe par individu).

  • · Feuille :

alternes, lobées, composées-palmées ou digitées. Pas de stipules.

  • · Inflorescence :

           Axillaire ou fleur solitaire.

  • · Fleur :

Cyclique, hétérochlamyde, pentamère, gamopétale, actinomorphe, isostémone, épigyne, généralement unisexuée.  Fleur-mâle : étamines alternipétales, souvent attachée sur l’hyanthium, présentant de fréquentes complications (avortements et soudures) ; filets libres ou soudés entre eux, anthères uniloculaires à déhiscence longitudinale, parfois soudées ensemble. Fleur-femelle : Ovaire infère, rarement semi-infère, uniloculaire, généralement un style, autant de stigmates que de carpelles, parfois lobés ; placentation pariétale, à placentas parfois proéminents, nombreux ovules anatropes, bitéguments.

  • Fruit :

Baie ou péponide (baie à exocarpe coriace), parfois capsule. Grandes graines, sans albumen, embryon droit.

 

Les plantes utilitaires  les plus communes  sont :

a)  Plantes alimentaires :

  • Citrillus lanatus : la pastèque.
  • Cucumis sativus : Comcombre, Cornichon ; C. melo : Melon.
  • Cucurbita maxima : Potiron ; C.  pepo : citrouille, courge, courgette.
  • Sechium edule : Chayotte.

b) Plantes medicinales :

  • Bryonica dioica : racine ( Saponosides, hétérosides, alcaloïdes), purgatif, émeto-cathartique. Attention toxique. Très fréquente dans la région de Mostaganem.
  • Citrillus lanatus : la pastèque dont les graines sont ténifuges
  • Cucurbita maxima (Potiron ) C.  pepo (citrouille, courge, courgette) dont les graines contenant des aminiacides qui auraient une action vermifuge .
  • Echallium elaterium : le fruit est un purgatif violent.
  • Fevillea triloba , graine purgative.
  • Melothria pendula, fruit purgatif.

c)  Divers:

  • Lagenaria vulgaris  = Lagenaria siceraria (Molina) Standl.: dont le fruit, une courge est aussi appelée calebasse ou gourde et qui est souvent utilisé pour fabriquer des ustensiles de cuisine.
  •  
  • Luffa aegyptiaca : courge éponge, tres apptécié dans les salles de bains.

 

Rédigé  par  M. Abdelouahab Mokhbi

 

Date de dernière mise à jour : 04/08/2012



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site